piper


piper

piper [ pipe ] v. <conjug. : 1>
• fin XIIe; lat. pop. °pippare, class. pipare « glousser »
I V. intr.
1Vx Frouer; chasser à la pipée.
2Mod. Ne pas piper : ne pas souffler mot. « Le curé tiquait bien un peu sur ces plaisanteries mais [...] il ne pipait pas » (Céline).
II V. tr.
1Attirer, prendre à la pipée (les oiseaux). « leur cabane de ramée, d'où ils pipaient les grives » (A. Bertrand).
Fig. Vieilli Attraper, tromper. « Un minois à piper les plus fins » (Lesage).
2Mod. Piper des dés, les truquer. — Fig. Les dés sont pipés : la partie est faussée, il y a tricherie.

piper verbe transitif (latin populaire pippare, du latin classique pipare, glousser) Pratiquer la pipée. ● piper (expressions) verbe transitif (latin populaire pippare, du latin classique pipare, glousser) Ne pas piper (mot), ne dire mot. Piper les dés, les cartes, les préparer frauduleusement pour se ménager la partie ; les truquer. ● piper (homonymes) verbe transitif (latin populaire pippare, du latin classique pipare, glousser) pipée nom féminin

piper
v. tr.
d1./d Prendre au pipeau. Piper des oiseaux.
d2./d Piper des dés, des cartes, les truquer pour tricher au jeu.
Fig. Les dés sont pipés: les données du problème ont été truquées, faussées.
d3./d (Maurice) Huer (sens 1).
Encourager (une équipe, un sportif) par des cris. Piper pour son équipe.

I.
⇒PIPER1, verbe
A.Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne un oiseau] Pousser un petit cri. Un brave campagnard (...) qui vous donnait bien l'impression d'entendre (...) piper l'épervier (GALIPEAUX, Souv., 1931, p.239).
2. CHASSE. Contrefaire le cri de la chouette ou d'autres oiseaux; chasser à la pipée. Synon. frouer. (Dict. XIXe et XXes.).
B.Empl. intrans. ou trans., fam. Ne (pas) piper mot, ne pas piper, sans piper mot. Garder le silence en présence de quelqu'un; ne pas riposter. Synon. ne pas broncher, ne pas moufter (pop.), ne pas souffler mot. Obéir sans piper. Je ne pipais pas pendant qu'il me parlait. Il en fut donc pour ses frais de confidences (CÉLINE, Voyage, 1932, p.547). Comme le couple de visiteurs ne pipait mot, il [le notaire] les interrogea un à un de son regard promené en panoramique (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p.296):
1. La pensée qu'une de mes clientes était victime de je ne sais quelle escroquerie à la tendresse et que moi, le conseiller légal, je laisserais la chose aller sans piper mot, m'était proprement insupportable.
ESTAUNIÉ, Solitudes, 1917, p.23.
C.Empl. trans.
1. a) CHASSE. [Le compl. désigne des oiseaux] Attirer, prendre à la pipée. Au point du jour, les petits charbonniers trouvèrent leur cabane de ramée, d'où ils pipaient les grives, couchée sur le gazon, et leurs gluaux noyés dans la fontaine (BERTRAND, Gaspard, 1841, p.208). Les perdrix pipées par les appeaux (THARAUD, Trag. de Ravaillac, 1913, p.43).
b) Pop., vieilli. Prendre sur le fait; capturer. Synon. appréhender, arrêter, attraper, pincer (fam.), piquer (pop.), prendre. Se faire piper. Embrochant des fils pleins de larves de terre Et de vers de charogne à piper le poisson (BOREL, Poés. div., 1831, p.205).
2. P. anal.
a) JEUX. Falsifier, truquer. Piper des cartes:
2. ... supposez (...) que sa bru lui déplaise: bonsoir, le père Cavalcanti met la main sur la clé de son coffre-fort, donne un double tour à la serrure, et voilà maître Andrea obligé de vivre comme un fils de famille parisien, en biseautant des cartes ou en pipant des dés.
DUMAS père, Comte Monte-Cristo, t.2, 1846, p.103.
Part. passé adj. [Le libertin de Hogarth] perd toujours, car les dés sont pipés, les cartes biseautées (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.322). Il remit les dés dans le cornet trois, quatre et cinq fois, et toujours rafle de six. «Sangue di bacco», s'écria l'abbé, les dés sont pipés, et ils l'étaient (Hist. gén. sc., t.3, vol. 1, 1961, p.84).
b) Loc. verb. fig. Les dés sont pipés. La partie est faussée; il y a un piège. En critique du témoignage, presque tous les dés sont pipés. Car des éléments humains très délicats interviennent constamment pour faire pencher la balance vers une éventualité privilégiée (M. BLOCH, Apol. pour hist., 1944, p.61). Pour fixer le choix de l'Homme, dans son pari fameux, Pascal pipait les dés par l'appât d'un tout à gagner (TEILHARD DE CH., Phénom. hum., 1955, p.258):
3. Enfant, il [l'adolescent] (...) courait, il jouait sans se poser de question (...) mais il a découvert un jour qu'il avait le pouvoir de dépasser ses propres fins (...) «Les dés sont pipés», dit-il; il regarde avec mépris ses aînés; comment leur est-il possible de croire en leurs entreprises? ce sont des dupes.
BEAUVOIR, Pyrrhus, 1944, p.10.
3. Au fig., vieilli ou littér.
a) ) Qqn pipe qqn. Tromper, leurrer. J'en sais assez (...) pour (...) supputer combien font tant de leçons à tant par mois et ne pas me laisser piper par les marchands (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1835, p.190). Il faut éviter, avant toutes choses (...) de se laisser piper avec des mots (PROUST, Prisonn., 1922, p.282). Il arrivait qu'Antoine reprochât à Philip de se laisser piper par lui-même, et de tenir pour un jugement fondamental ce qui n'était qu'un trait improvisé de son scepticisme (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p.1064).
Empl. pronom. réfl. Oui, sans doute l'homme se pipe; il est dupe de lui-même; il prend les sophismes de son coeur naturellement rebelle (hélas! rien n'est plus certain) pour des doutes réels nés dans son entendement (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.13).
) Qqn pipe qqc. Voler; fausser, dénaturer. Piper de l'argent à qqn. Je devais payer la sotte admiration que j'avais pipée lors de l'apparition du Génie du Christianisme; force m'était de rendre ce que j'avais volé (CHATEAUBR., Mém., t.2, 1848, p.252).
Part. passé. Un état-civil où tout indique les cachets pipés, la signature fausse (GRACQ, Beau tén., 1945, p.145):
4. En présentant aux lecteurs une réalité pipée et tronquée, une pauvre et plate apparence où, le premier instant d'excitation et d'espoir passé, ils ne retrouvent rien de ce qui constitue véritablement leur vie...
SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p.153.
b) Séduire, enjôler par des ruses ou par des propos fallacieux. Piper la confiance de qqn. Son père répondrait que le don de piper les femmes avec des clins d'yeux ne constituait pas chez un homme des qualités suffisantes pour faire un bon mari (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p.149).
4. Arg. Ne pas pouvoir piper qqn. Ne pas pouvoir supporter quelqu'un, le détester. Synon. sentir (fam.); piffer, blairer et encadrer (pop.). C'gars-là, j'peux pas le piper (RIV.-CAR. 1969).
REM. 1. Pipage, subst. masc., hapax. Synon. de piperie. Il aborda enfin la famille de sa mère non sans hésitation, car il y pressentait des «pépins» et des «pipages» (LA VARENDE, Contes fervents, Pinsonnière, 1948, p.8). 2. Pipement, subst. masc., vx. [Corresp. à supra I A] Action de piper, de pousser un cri, en parlant d'un oiseau. Elle l'écoute; parfois elle est assez heureuse pour entendre déjà son premier pipement (MICHELET, Oiseau, 1856, p.8).
Prononc. et Orth.:[pipe], (il) pipe [pip]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. Ca 1180 intrans. «pousser un petit cri» (MARIE DE FRANCE, Fables, éd. K. Warnke, III, 71), peu répertorié par la lexicogr. dep. le XVIIes.; d'où 1582 sans piper «sans un mot» (BRETIN, trad. LUCIEN, Jupiter tragique, 22 ds HUG.); puis 1633 ne pas piper (Comédie des Proverbes,, II, V ds Anc. Théâtre fr., t.9, p.59): 1807 (MICHEL (J.-Fr.) Expr. vic., p.152); 1852 ne pas piper, ne pas piper mot (HUMBERT, Nouv. gloss. genev., p.99). B. 1. 1376 «imiter le cri de la chouette pour chasser à la pipée» (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, § 134, 35); d'où 2. 1455 «tromper» (Coquillards, I, 91, 96, 99 ds SAIN. Sources Arg. t.2, p.422); 1456-61 (VILLON, Poèmes variés, éd. J. Rychner et A. Henry, IX, 21, p.62); 1573 cartes pipées, detz pipez (DUPUYS). D'un lat. pop. , du class. «piauler, glousser», mot d'orig. onomat., att. en lat. tardif au sens de «gazouiller» VIIIes. ds BLAISE Lat. chrét. et au sens de «jouer de la flûte» 1287 ds LATHAM, avec redoublement expressif du -p-, cf. FEW t.8, pp.562b-563a. Bbg. CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p.78. —GOOSSE (A.). Le Pic. et le wallon, source du jargon des Coquillards. Cah. Lexicol. 1970, t.16, pp.113-114. —GUIRAUD (P.). Le Jargon de la Coquille. Cah. Lexicol. 1967, t.11, p.52.
II.
⇒PIPER2, verbe intrans.
Vieilli, fam. Fumer la pipe. Mes amis m'ont conduit dans une brasserie (...) un entassement d'hommes de toute condition (...) dans un nuage de fumée, au ronron d'une conversation assourdissante, avec une vapeur des corps pressés qui se tiennent chaud les uns aux autres, tous s'accoudant, buvant, pipant et crachant (TAINE, Notes Paris, 1867, p.61). Ces gens fument la terre de leur patrie, pipent et boivent (HUYSMANS, Art mod., 1883, p.195).
Prononc.:[pipe], (il) pipe [pip]. Étymol. et Hist. 1810 (MOLARD, Mauv. lang. corr., p.211); 1837 intrans. (GAVARNI, Fourberies de femmes ds LITTRÉ 1869). Dér. de pipe B 1; dés. -er.
STAT.Piper1 et 2. Fréq. abs. littér.:88.

1. piper [pipe] v.
ÉTYM. V. 1180; « crier », en parlant de la souris, XIIe; lat. pop. pippare, class. pipare « glousser ».
———
I V. intr.
1 Vx. Glousser, piauler.
2 Chasse. Imiter le cri de la chouette ou d'autres oiseaux ( Frouer); se servir d'un pipeau pour attirer les oiseaux.Chasser à la pipée.
3 (Le sujet désignant un poisson). Monter à la surface de l'eau, prendre plus d'oxygène.
4 Fam. et cour. || Ne pas piper, ou (trans.) ne piper mot : garder le silence, ne pas souffler mot (→ 2. Frais, cit. 14).
1 Le curé tiquait bien un peu sur ces plaisanteries, mais comme il touchait plus que sa part, il ne pipait pas (…).
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 354.
1.1 Le chœur chanta les louanges de Nenette et les plus gaffeurs y adjoignirent même celles de meussieu Chignole, mais la famille Brû ne pipa pas ou pipa peu.
R. Queneau, le Dimanche de la vie, p. 138.
5 Vx. || Piper à… : exceller, réussir dans… || « En matière de fourbe, il est maître, il y pipe » (Corneille, le Menteur, III, 3).
———
II V. tr.
1 Attirer les oiseaux en imitant leur cri; les chasser, les prendre à la pipée.
2 (…) les petits charbonniers trouvèrent leur cabane de ramée, d'où ils pipaient les grives, couchée sur le gazon (…)
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, La pluie.
Pop. et vx. Arrêter, capturer. || Se faire piper. Prendre.
Fig. (Vieilli ou littér.). Attraper (cit. 8), leurrer, tromper. || Piper quelqu'un à… Séduire (→ Fleur, cit. 36).Spécialt et vx. || Piper quelqu'un au jeu (→ Molière, Monsieur de Pourceaugnac, I, 2).
3 Et ainsi, le présent ne nous satisfaisant jamais, l'expérience nous pipe, et de malheur en malheur, nous mène jusqu'à la mort, qui en est un comble éternel.
Pascal, Pensées, VII, 425.
Vx. Acquérir, prendre par un moyen artificieux, malhonnête. || Piper des écus.
4 Je devais payer la sotte admiration que j'avais pipée lors de l'apparition du Génie du christianisme; force m'était de rendre ce que j'avais volé.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 8.
2 Mod. || Piper des dés, des cartes, les truquer.Au p. p. || Dé pipé.Fig. || Les dés sont pipés : il faut se méfier, on veut nous tendre un piège.
——————
se piper v. pron.
Se tromper soi-même.
5 Et nous voyons que l'âme en ses passions se pipe plutôt elle-même (…)
Montaigne, Essais, I, IV.
DÉR. Pipe, 1. pipée, piperie, pipeur. — (Du même rad. lat. : V. Fifre).
————————
2. piper [pipe] v. intr.
ÉTYM. 1856; de 1. pipe.
Fam. et vx. Fumer la pipe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Piper — bezeichnet: den Verlag R. Piper, siehe Piper Verlag die Champagnermarke Piper Heidsieck den taxonomischen Namen der Gattung der Pfeffer im Englischen einen Flötenspieler, Dudelsack bzw. Sackpfeifenspieler oder auch einen Rohrleitungsbauer einen… …   Deutsch Wikipedia

  • Piper — Saltar a navegación, búsqueda Otros usos: Piper (desambiguación). ? Piper Piper magnificum …   Wikipedia Español

  • piper — PIPÉR, (1, 2) piperi, s.m., (3) s.n. 1. s.m. Plantă tropicală din familia piperaceelor, cu tulpina lungă şi subţire, târâtoare sau agăţătoare, ale cărei fructe, în formă de boabe (negre la maturitate), sunt folosite (ca atare sau pisate) drept… …   Dicționar Român

  • Piper PA-28 — Piper PA 28 …   Deutsch Wikipedia

  • Piper PA 18 — Super Cub …   Deutsch Wikipedia

  • Piper J-3 — Piper …   Deutsch Wikipedia

  • Piper PA-18 — Piper PA 18 …   Deutsch Wikipedia

  • Piper PA 34 — Un Seneca II Le Piper PA 34 Seneca est un avion bimoteur à piston de 6/7 places, fabriqué par Piper Aircraft de 1971 à 1995. New Piper a ensuite repris les chaînes de montages après la faillite de Piper Aircraft Corporation. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Piper pa-34 — Un Seneca II Le Piper PA 34 Seneca est un avion bimoteur à piston de 6/7 places, fabriqué par Piper Aircraft de 1971 à 1995. New Piper a ensuite repris les chaînes de montages après la faillite de Piper Aircraft Corporation. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Piper PA-44 — Pipe …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.